L’empreinte optique pour enregistrer l’occlusion de façon dynamique

Actualité > L’empreinte optique pour enregistrer l’occlusion de façon dynamique

Comment se déroule l'empreinte optique, qui permet d'enregistrer l'occlusion de façon dynamique ?

La précision, c’est la clé qui permet d’optimiser la qualité et la prédictibilité du résultat prothétique.

Afin de pouvoir la restituer ad integrum au prothésiste, une empreinte ainsi qu’une fiche de laboratoire sont nécessaires. Cette dernière renseigne souvent le choix du matériau prothétique, la couleur, éventuellement une ou des particularités liées au cas. Cependant elle omet un grand nombre de paramètres essentiels au prothésiste pour créer la restauration idéale pour notre patient. Elle peut être complétée par des éléments comme la photographie, le relevé de couleur d’un spectrophotomètre ou l’utilisation d’un articulateur qui vont considérablement améliorer la précision recherchée.

L’utilisation d’un scanner intra-oral a permis d’optimiser cette gestion des informations en la concentrant dans un seul et même fichier.

La fiche de laboratoire permet de renseigner tous ces éléments sur les travaux à effectuer ainsi que la date de livraison attendue et le laboratoire destinataire.

L’empreinte optique peut correspondre à une ou plusieurs empreintes : une situation préopératoire, l’enregistrement d’un masque ou mock-up déjà positionné en bouche, l’antagoniste ainsi que les clés d’occlusion. L’interface permet de grouper l’ensemble des éléments dans un fichier global.

L’apport de la couleur des empreintes a permis aussi d’améliorer la lisibilité de l’empreinte, complétée par le mode haute définition.

Le spectrophotomètre intégré autorise à la fois le relevé de la couleur sur une dent référente mais aussi celle du moignon de ma dent à restaurer.

Aujourd’hui, une nouvelle voie s’ouvre dans le transfert d’information vers le laboratoire avec le Patient Specific Motion. L’enregistrement de l’occlusion qui jusqu’à présent, était statique va devenir dynamique avec un enregistrement fonctionnel.

Ce dernier ne nécessite pas de matériel supplémentaire, et s’intègre au niveau du module occlusion. Un premier enregistrement est effectué en occlusion statique.

Puis un deuxième enregistrement est effectué cette fois avec les mouvements du patient. Une fenêtre bleue apparaît indiquant la zone où les mouvements peuvent être enregistrer. Lors de l’acquisition, un code couleur vert et rouge permet au praticien de valider l’information captée.

Cette empreinte complémentaire peut être contrôlée par le praticien au niveau du mouvement comme au niveau des contacts occlusaux.

Le fichier numérique est ensuite envoyé au laboratoire par le portail sécurisé 3Shape Communicate.

Après réception, la prothèse peut être modélisée selon le protocole suivant :

  • Découpe des zones d’intérêt
  • Détermination des limites prothétiques
  • Détermination de l’axe d’insertion
  • Modélisation selon une bibliothèque de morphologie
  • Adaptation de la morphologie selon l’occlusion dynamique enregistrée avec le Patient Specific Motion.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Dans la même catégorie

Le scanner intra-oral en CFAO

Le scanner intra-oral en CFAO

Le scan intra-oral ou prise d’empreinte optique permet une meilleure communication avec chaque acteur, du patient au prothésiste, le premier voit...

lire plus
Préparation pour facettes

Préparation pour facettes

Rainurage et repères Matériel Fraise boule à long col (6801L.314.016 Komet) Fraise à butée d’enfoncement (868B.314.020 Komet) Réduction du bord...

lire plus